Harfleur Débat d’Orientation Budgétaire : « maintenir la tête hors de l’eau » !

 

 

Lundi dernier, lors du conseil Municipal de la ville d’Harfleur j’ai rappelé les éléments suivants après la présentation faite par l’adjoint aux finances des orientations budgétaires 2018 :
Tout d’abord nous tenons à dire que nous regrettons que le débat d’orientation budgétaire n’ait pas donné lieu à un Conseil à part entière : ce qui nous parait nécessaire pour de réelles discussions sur l’état des finances de la ville et les projections de l’équipe en poste. Pour tout dire, j’ai été agacé par cet ordre du jour qui noie un débat essentiel pour la ville dans des vœux et des délibérations multiples. Ceci étant dit,
Ceci étant dit, je tiens à souligner tout d’abord en préambule que les indicateurs clés du tableau de bord des comptes de la ville sont mauvais. On a une dette supérieure à 100% du produit de fonctionnement : ce qui veut dire en langage simple et basique qu’on est surendetté. La démonstration suivante va appuyer mon argumentaire.
Notre taux d’épargne brute est mauvais et il n’est rendu acceptable cette année que par deux tours de passe-passe : le rachat des crédits toxiques, vous en avez profité pour allonger la durée des crédits jusque dans les années 2030, et grâce également à la vente du patrimoine public de la ville (immeubles, terrains…). Pour indication, aujourd’hui on rembourse 800000 euros/an, en 2026 on devra rembourser 1 million d’euros pour finir en 2030 à un remboursement de 1,2 millions d’euros. La conséquence d’un tel niveau de surendettement est que sur 4 exercices successifs (2013-2014-2015-2016) notre épargne nette a été négative ! Miraculeusement le résultat est tout juste en équilibre en 2017 grâce au produit des cessions ce qui permet d’éviter que la cours des comptes ne revienne jeter un coup d’œil aux comptes de la ville mais jusqu’à quand ? Évidemment comme on charge la barque en fonctionnement on est sous doté en équipement (CQFD). On consacre 15% en moins dans l’investissement que les autres villes de la même strate. Notre niveau est d’à peine 10% alors que les autres villes sont au minimum à 25%. La part d’investissement est beaucoup trop faible.
Concernant le budget de fonctionnement : on note que par rapport aux autres villes de la même strate on a plus de 8% de charges en plus ce qui représente, au minimum, 450000 euros d’autofinancement en moins par an. Ce qui sur 5 ans représente près de 2,5 millions d’euros soit 2,5 Centre technique municipaux. Et sur 10 ans sans avoir recours à l’emprunt on se paye un cinéma comme Montivilliers, une Maison de Santé comme Gonfreville l’Orcher, une belle bibliothèque/médiathèque….
Ce qui nous inquiète c’est votre immobilisme, votre manque d’ambition pour la ville et votre manque d’anticipation des échéances à venir. Depuis 2010 les différents gouvernements vous ont informé de la diminution de la DGF afin que vous baissiez vos charges de fonctionnement : on ne peut pas dire que vous ne le savez pas. Vous prévoyez une évolution des dépenses de fonctionnement de +1,5% par rapport à 2017 : vous rêvez encore à l’arrivée du père noël pour régler vos dettes, mais il n’existe pas ! Comme proposition, vous pourriez déjà faire une chose très simple à savoir aligner l’augmentation des charges de fonctionnement à +1,1%, montant prévu par la loi pour les villes de plus de 10000 habitants : ceci nous permettrait déjà de se préparer à ce qui risque de devenir obligatoire pour toutes les villes et de façon à anticiper l’augmentation du montant de remboursement de la dette d’Harfleur. Par ailleurs vous avez comme ambition 2018 de maintenir les écoles primaires en CAPE, comme vous le savez Madame le Maire, il vous a été dit à plusieurs reprises que les écoles d’Harfleur ne sortiraient pas alors pourquoi ne pas le dire et continuer de faire croire le contraire ?
L’adjoint aux Finances a répondu que son objectif était je cite « maintenir la tête hors de l’eau, pas d’avoir de l’ambition » Tout est dit.